La santé du Ragdoll - Le Ragdoll Club France

banner chats ragdoll club france
J'aime Google+

Importantes informations concernant la santé du Ragdoll

Il est temps de rétablir la vérité sur quelques maladies qui préoccupent beaucoup de futurs acquéreurs de Ragdolls. Comme toujours on peut tout trouver sur internet tout et n’importe quoi, les informations erronées sont même parfois véhiculées par des personnes mal informées qui devraient faire preuve de plus de rigueur.
Le Ragdoll est une race qui naturellement a très peu de problèmes de santé, néanmoins deux maladies sont souvent citées en rapport avec notre race préférée, Le HCM et la PKD.

Le HCM

Le HCM est une maladie qui touche tous les chats sans exception, y compris les chats de gouttières.
Le Ragdoll est moins exposé à cette maladie que bien d’autres races, et suite aux efforts faits par des éleveurs de Ragdolls, un test ADN spécifique pour le HCM chez le Ragdoll est disponible.
Avant d’acquérir un Ragdoll il faut absolument demander que les tests des géniteurs soient négatifs.
En l’absence de ces tests le chaton même doit être testé négatif. (Deux parents négatifs ne peuvent pas produire un chaton positif).

La PKD

La PKD est une maladie très peu répandue chez le Ragdoll (Estimée à moins de un pour cent). Les « tests » PKD par ADN sont surtout utiles pour les Ragdolls de couleurs non-traditionnelles ayant des Persans ou autres croisements dans leurs pedigrees.
Ce que dit le Dr Guillaume Queney, PhD ANTAGENE (Tests genetiques). "Le test PKD est proposé actuellement pour le Persan et les races apparentées, l'Exotic, le British et le Maine Coon. Aucun de nos documents ne propose explicitement de tester la PKD chez le Ragdoll."
Ce que dit le Conseil Scientifique du LOOF.
Recommandations concernant la Polykystose rénale (PKD)
La polykystose rénale ou PKD, en anglais pour Polykystic Kidney Disease, est une maladie qui touche plusieurs races de chats dont le Persan, l'Exotic Shorthair et le British Shorthair.
La PKD est une maladie héréditaire chez le Persan et l'Exotic Shorthair.
La PKD peut être dépistée par votre vétérinaire de deux façons différentes.
Tout d'abord, la réalisation d'une échographie des reins, permet de voir si des kystes sont présents dans les reins. Cette échographie est fiable. Une étude a montré que les chats atteints développaient des kystes visibles en échographie à 10 mois dans 95 % des cas. A un an ce pourcentage augmente encore.
D'autre part, la découverte du gène et de la mutation (appelée PKD1) responsable de la PKD chez le Persan et l'Exotic Shorthair permet désormais d'effectuer un test génétique sur les animaux de ces deux races.
Ce que dit Le Ragdoll Club France. Le Ragdoll Club France considère qu’un éleveur qui vous vend un chat « négatif PKD » sur les bases d’un test ADN s’expose à des poursuites car ce test n’est pas validé pour le Ragdoll.

La Leucose féline ou le «SIDA des chats»

Vous devez exiger les tests négatifs Fiv / Felv du chaton (Le leucose féline se transmet de la même façon que le SIDA, par le sang et les saillies).

La PIF. (Péritonite infectieuse féline)

Il s'agit sans doute de la maladie féline la plus méconnue et celle qui est la plus sujette aux psychoses. C'est une maladie virale qui atteint surtout les jeunes chats (moins de 2 ans) vivant en collectivité. Différents organes peuvent être atteints : Thorax, abdomen, cerveau, yeux… La PIF est une maladie très grave et mortelle. Il convient pour commencer, d'établir une différence très distincte entre un chat qui est positif aux coronavirus (ce qui est très fréquent, on estime que 90 % de la population féline a été mise en contact au moins une fois avec des coronavirus), et un chat qui développe une PIF. En aucun cas il ne faut raisonner en terme de chat positif coronavirus = chat malade de PIF ou chat qui va développer une PIF. Il est également important de rayer de son vocabulaire les termes de "test PIF" ou de "positif PIF". Un test est un "test coronavirus", un chat est "positif aux coronavirus". Une étude menée en Angleterre, au cours d'expositions félines, a révélée que 84 % des chats étaient positifs aux coronavirus. On estime que la situation de la population féline française est la même. Encore une maladie qui touche tous les chats et pour laquelle à ce jour il n’y a pas de test, de vaccination, ou de remède.

Donc en conclusion.
1/ Vous devez exiger les tests HCM négatifs des géniteurs, ou si ces tests ne sont pas disponibles le test du chaton. (Deux géniteurs négatifs ne peuvent pas produire un chaton positif).
2/ Vous devez exiger un test Felv / Fiv négatif du chaton.
3/ Un test PKD négatif par ADN est quasiment inutile, pire il peut vous induire en erreur.
4/ Il n’existe aucun test PIF. Le Ragdoll Club France contribue financièrement à la recherche de cette terrible maladie, vous pouvez faire du même en Cliquant ici.

Real Time Analytics